moon brothers — sarah crossan

-titre: moon brothers

-autrice: sarah crossan

-édition: rageot

-pages: 370

-prix: 15,90

ab1ad97f4e36106b6a91ae99fcd61c95b32762e21d1e62afbbb721abc07037eda4ddcba650e9666c4ecfd2b7bf8fd85a0bffa71b3239faf68bbb347f84600fae

si je m’étais pris une claque lors de mes lectures de swimming pool et inséparables de sarah crossan, j’ai moins aimé moon brothers. bien que le sujet soit ultra profond et plus dur que les deux autres livres de cette autrice, je n’ai pas retrouvé les mêmes émotions que dans mes précédentes lectures. on suit, dans cette histoire, joe, dont le frère est en prison depuis dix ans. sa famille et lui vivent aux états-unis, dans la pauvreté et la dépression de leur mère. elle ne ressent pas d’amour pour ses trois enfants, et si elle en a, elle ne le montre pas–au contraire, joe, son grand frère ed et sa soeur aînée angie se suffisent à eux-mêmes et voient leur mère de plus en plus détruite de jour en jour. leur enfance, bien que pas facile, fut tout de même heureuse. mais lorsque, à 17 ans, ed se fait arrêter pour meurtre, leur vie change du tout au tout. dix ans plus tard, joe rend visite à son frère lors de ses derniers instants…

ce livre traite de l’injustice des prisonniers, de leur arrestation parfois non justifiée et de la relation fraternelle. on ne peut pas nier que l’autrice y va fort; le vocabulaire est cru, bien moins raffiné que dans ses autres écrits. j’ai par ailleurs trouvé la plume beaucoup moins poétique que dans swimming pool et inséparables. j’ai été assez déçue de la traduction de clémentine beauvais; mise à part de quelques tournures de phrases esthétiques et de mots mis en valeurs par certaines qualité d’écriture, les vers libres n’ont rien apporté à l’histoire. j’ai vraiment trouvé cela dommage, l’absence de poésie dans un texte aux allures délicates et élégantes. comme l’histoire met du temps à se mettre en place (j’ai bien du attendre 150 pages avant d’être ancrée dans le récit), j’ai pu remarquer la dimension plus narrative du roman. cela rajoute quelques longueurs au récit, qui reste tout de même intéressant.

j’ai néanmoins apprécié ma lecture; les personnages sont profondément humains, et l’on se retrouve dans leur solitude et rapports familiaux dérangés. le thème principal, la dimension de peine de mort aux états-unis, est fort et sort des sentiers battus. sarah crossan m’impressionnera toujours par rapport aux sujets importants et originaux sur lesquels elle choisit d’écrire. je vous conseille vraiment cette autrice, d’abord pour découvrir une façon d’écrire différente et pour ses histoires tragiques mais pleines d’espoir. 

à bientôt,

telma

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s